Archives de Catégorie: Sherbrooke

Recette de pâté chinois (spécialité canadienne)//Façon Linda


 DSC_7081

Origine du plat : « Selon certains1, le pâté chinois aurait vu le jour à la fin du XIXème siècle, lors de la construction de la voie de chemin de fer pancanadienne par le Canadian Pacifique. À l’époque, les ouvriers, surtout d’origine asiatique, y étaient nourris, dit-on, uniquement de bœuf haché, de pommes de terre et de maïs, denrées facilement disponibles et peu coûteuses à cette époque. Ils venaient de créer ainsi, par la force des choses, un assemblage désormais unique nommé en leur honneur. Les travailleurs canadiens-français des chemins de fer adoptèrent ce nouveau plat.  » (source Wikipédia)

OU « le tunnel s’écroule et PAF ça fait du pâté chinois »

Le pâté chinois représenterait aussi les différentes couches sociales du Canada. Les Noirs en bas, les Jaunes au milieu, les Blancs en haut et le peuple premier marque sa suprématie au top de cette pyramide.

 

Ingrédients pour 4 personnes :
Compter 2 pommes de terre par personne et éventuellementune patate douce en sus pour la recette
1 boîte de maïs en grain
1 boîte de maïs en crème (maïs grain avec amidon de maïs)
500g de viande hachée
2 oignons
1 courgette

pâté chinois

  1. Après les avoir épluchées, cuire les pommes de terre.
  2. Cuire la viande avec les oignons, les épices choisies (nous avons mis : basilic, coriandre, paprika, cumin)
    Possibilité de rajouter des légumes avec la viande (au choix épinards, courgettes, carottes, poivrons…
  3. Placer en couche dans un plat à lasagnes : la viande, le maïs réchauffé et les patates écrasées
  4. Cuire au four à 200 C pendant 20 minutes
  5. Servir avec ketchup pour accompagner

La recette de base est très simple : viande, maïs, pommes de terre.  Nous vous conseillons de rajouter des légumes pour l’alléger un peu.

DSC_7073

Bon appétit.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Canada, Sherbrooke

Livraison de savon :) Merci beaucoup!!


P1020731

P1020730 P1020734

6 Commentaires

Classé dans Sherbrooke

Communiqué de presse pour la pizza du P’tit Bonheur de Saint-Camille


DSC_6957

Voici le type de document que je produis dans le cadre de mon stage en communication.

Le P’tit Bonheur, créateur de saveur et de rencontres

Ce vendredi 14 juin, le P’tit Bonheur de Saint-Camille a lancé sa dixième recette, de nombreux curieux y ont goutés et sont tombés sous son charme. Les cuisiniers nous avaient déjà conquis avec la « Toute garnie », séduits avec la « Méditerranéenne », surpris avec la « sanglier ». Cette fois-ci ça chauffe, car pour les ingrédients de cette nouvelle recette « on a cherché à faire plus épicé ». Et que les sceptiques se rassurent, car même si la « Pimentée » a du caractère, elle est délicieusement fondante !!

Ce vendredi, 71 personnes, des peDSC_6951tits et des grands ont eu la chance de déguster la « Pimentée », la nouvelle pizza confectionnée et mijotée depuis quelques semaines par les bénévoles passionnés et la responsable Marie-Claude Guyon en collaboration avec les producteurs. Lise Chartier de la ferme Lait et sanglier des bois, et Pier-Luc Larrivée de la fromagerie Le P’tit mont Ham sont les producteurs des ingrédients principaux de cette recette. Et les ingrédients sont… Roulement de tambours : de la saucisse de sanglier épicée et du fromage de chèvre frais. Tout deux étaient donc présents pour valoriser cette nouvelle recette conçue avec des ingrédients du terroir. Les convives ont donc eu la chance de déguster, et de découvrir (pour ceux qui ne connaissaient pas encore), les fromages du P’tit Mont Ham. Cette journée a été un grand succès une vingtaine de « Pimentées » ont été préparées.

 Les pizzas du terroir

À l’occasion du lancement de cette nouvelle recette, une nouvelle pancarte a été dévoilée. « Tous les vendredis, pizza du terroir, diner sur place, vente à emporter » annonce la nouvelle vitrine du P’tit Bonheur. C’est M. Mario Proulx, bénévole du P’tit Bonheur, cuisinier pour la pizza qui a confectionné cette annonce de la pizza du vendredi. Une belle occasion de rafraichir l’image de cet événement communautaire hebdomadaire.

P'tit Bonheur de Saint-CamilleUne communauté gourmande et créative

« Le P’tit Bonheur est un créateur de saveurs et de rencontres », explique Patrick Merrien, président du P’tit Bonheur. Car, le temps de la pizza du vendredi, est un moment de rencontres et d’échanges, un rendez-vous qui permet de faire jaillir des idées, un rendez-vous productif pour des initiatives communautaires.

La pizza du vendredi, une institution à Saint-Camille

Depuis maintenant 25 ans, tous les vendredis, c’est pizza. De 11 h 30 à 13 h 30, le P’tit Bonheur accueille les gourmands ! Avec maintenant 10 recettes, il y en a pour tous les goûts. De la « Méditerranéenne » (tapenade d’olives et morceaux de féta) à la « jambon-ananas » en passant par la « Toute garnie », la pizza de Saint-Camille surprend, séduit, et régale les petits et les grands depuis plusieurs générations.

 Mais quel est donc le secret de cette réussite?P'tit Bonheur de Saint-Camille

« C’est la pâte qui fait la particularité de notre pizza », révèle Marie-Claude Guyon, responsable des cuisines du P’tit Bonheur. « On utilise des produits locaux comme le sanglier de Saint-Camille ou le fromage Saputo de Warwick », ajoute-t-elle.

C’est surtout grâce au bénévolat que tout cela existe aujourd’hui. Composée de quatre à cinq bénévoles par semaine et d’une salariée à temps partiel, les cuisinent tournent et les fours chauffent tous les vendredis. Grâce à leurs prouesses, le point de vente de Saint-Camille est ouvert le vendredi de 10 h à 18 h pour qui veut acheter une pizza.

Le P’tit bonheur a mis aussi sur pied un point de vente à Asbestos avec trois à quatre cuisiniers bénévoles et une responsable, et où il est possible d’acheter des pizzas à emporter le vendredi.

Varier l’offre, une priorité

Depuis deux ans, Marie-Claude se fait un point d’honneur pour présenter une offre diversifiée. Il est donc également possible de prendre pour dessert une galette ou le mythique gâteau aux bananes, ou d’acheter des rillettes de sanglier ou une baguette. De multiples raisons de passer aux points de vente du P’tit Bonheur.

Source : Mylène Vandenbavière

3 Commentaires

Classé dans Sherbrooke

Ma job dans les fleurs!


P1020715

Acer, Dianthus, Euonymus, Gleditsia, Ipomoea, Nierembergia, Sempervivum, Syringa… D’un bout à l’autre de la planète les noms latins sont utilisés pour la reconnaissance des végétaux. Notre arrivée à Sherbrooke a été pour moi une plongée dans la littérature horticole latine. Des arbres, aux arbustes en passant par les fruitiers, connifères et autres branchus, feuillus en tout genre, je me suis immergée et même submergée par ce nouveau dialecte.

Mon lieu de travail.

Arboculture oragesque

Depuis début avril, je travaille dans un centre de jardin, ou jardinerie pour la saison estivale qui dure 2 mois. Car si le jardin n’est pas commencé avant mi-juin, les récoltes seront compromises en raison des premières gelées de septembre. Mon lieu de travail se situe à Sherbrooke, mais à proximité de Lennoxville, grosse communauté anglophone du Québec (détail très important pour comprendre la suite de l’article).

Le travail, les travaux

Le fun* a été de tout classer en ordre alphabétique latin, car les étiquettes sont en latin! C’était donc parti pour un défilé de Helianthus, Juniperus, Malus et de Quercus etchétera*. Bref tout cela doit avoir un sens, mais lequel?? La moitié de la clientèle est anglophone, et ne connait ni le nom latin, ni le nom français. Quant à l’autre moitié, elle se moque bien du nom latin.

Après toute cette installation de près de 300 arbres, 500 arbustes, 1200 vivaces, et quelques milliers de légumes et plantes annuelles, c’est parti pour l’épreuve de la vente! Et le plus difficile n’est pas de dompter la caisse enregistreuse, mais de répondre aux questions des clients. Voici les meilleures.

Top 5 des questions des jardiniers du dimanche:

5. « Je cherche une grande fleur rouge, comme chez mon voisin… vous voyez? »*

4. « Je cherche une fleur avec des feuilles. »*
4bis. « Je cherche un arbre, grand, avec des feuilles de trèfle mais c’est pas vraiment comme des feuilles de trèfle…? »*

3. « Vous auriez des lingettes pour laver les feuilles des plantes? »*

2. « Mon prunier il a eu des fleurs et maintenant il a des p’tites boules sur les branches, c’est normal? »*

1. « Le fumier de poule?! Mais on ne va pas attraper des maladies de poules si on jardine avec? « *

azalée Arboculture

Il y a les désespérés qui vous montre les photos de leurs plates bandes, et demande un aménagement. Il y a les soumis, envoyés par leurs femmes avec une liste précise de ce qu’il faut acheter. Il y a les fiers qui reviennent avec la photo de la plantation. Il y a les cools, qui arrivent sans idée particulière, ouvert à tout achat. Il y a les flambeurs, qui dépensent pour 500$ de fleurs. Et il y a les chiants qui demandent s’il a des garanties sur les fleurs!! (non mais allô quoi!)

Et puis quand il n’y a pas de clients, il faut faire de l’arrosage, du désherbage, du nettoyage, du réapprovisionnement… Bref, parce que vous avec vos 2 jardinières et 15 m2 de jardin, vous pensez avoir du boulot!? Imaginez donc ça en puissance beaucoup!! Vivement les vacances!!

Arboculture, des fleurs mais surtout des sapins.

Je travaille pour un grand exploitant de sapins de Noël, médaillé de bronze au concours de couronne de Noël, attention ça ne rigole pas! Le genre d’exploitant qui exploite 20 000 acres (soit plus de 8000 hectares) et 40 Mexicains et Guatémaltèques en même temps. Ici, en Estrie, les sapins sont une mine d’or. Cette région est d’ailleurs surnommée « le triangle des sapins »*. Le Québec produit la moitié des sapins de Noël, exportés par le Canada. Soit plus de 1 million de sapin Baumier et sapin Fraser. Ce sont les États-Uniens qui achètent toute la production de l’Estrie. La moyenne d’une ferme de sapin québécoise est de 50 hectares, avec une production de 3300 arbres par hectare… Faites le compte.
Qui dit grosse concentration d’arbres, dit grosse concentration d’insectes parasites et donc grosse consommation de produits chimiques, imaginez donc l’état environnemental du coin!! Au milieu de tout cela, les élevages principalement laitiers tentent de maintenir le paysage ouvert avec leur vocation herbagère

Paysage Camillois

* en québécois dans le texte.

3 Commentaires

Classé dans Sherbrooke

Parc de la Gorge de Coaticook.


Sherbrooke Montréal USA

Direction le sud, à quelques kilomètres seulement de la frontière américaine pour un dimanche de repos (rare) ensoleillé (rare aussi en ce moment). C’est à Coaticook que nous nous rendons, la ville de la crème glacée, de la bière, d’une sombre histoire de betterave et surtout la ville où est produit un fromage très particulier, le fromage de la poutine. Le fromage de la poutine, est vendu en sachet de petites boulettes, il ne se met pas au réfrigérateur! Ces petites boules de fromage ne fondent pas et ne se mâchent pas non plus, par contre elles « squickent » entre les dents.

DSC_6837Dans cette petite ville se trouve le parc de la Gorge, parc où se trouve le pont piéton suspendu le plus long du monde(169 mètres). Nous nous attendions à un pont « comme dans Indiana Jones », avec des cordes et des vieilles planches qui grincent, mais en réalité ce pont suspendu est très moderne. Étant donné qu’il enjambe des gorges de près de 80 mètres de profondeur, et que l’entreprise Couillard a entrepris la réalisation des travaux, les accélérations cardiaques sont tout de même garanties.

Le Parc de la Gorge de Coaticook a été élue première merveille touristique de la région des Cantons de l’Est. Au coeur de la Gorge, plusieurs sentiers de randonnées, de vélo, et même un camping au bord d’une rivière. Nous avons donc passé un très bon après-midi, ressourçant, au milieu des arbres, au bord des rivières et des chutes.

Foret au tapis rouge mini chutes coaticook

1 commentaire

Classé dans Canada, Sherbrooke

Visualisation spatiale début du roadtrip au Québec


Comme beaucoup de personnes ont besoin de se repérer sur une carte en voici une qui vous présente le voyage que nous allons faire dés que nous finissons nos jobs respectifs, soit dés le 28 juin 2013. Vous trouverez donc sur cette carte le trajet que nous pensons réaliser au mois de juillet.
De Montréal à Québec, en passant par Trois-Rivières. Puis le fjord de Saguenay et enfin la Gaspésie.

Lien ICI la carte

Poster un commentaire

Classé dans Amérique du Nord, Canada, Montréal, Québec/Fjord du Saguenay/Gaspésie, Sherbrooke

Cours de langue : le québécois avec la traduction!


Allo,

DSC_6595

On s’en vient bonnes alors nous tout vous apprindre sur les belles expressions du Québec lô.

Lô trinquillement pô vite ch’va vous les présenter.

Vouzotes vous pouvez avoir l’fun de traduire.

Ichi pour quind tu vas à ta job pour l’dîner faut ramner son lunch, c’est moins dispendieux.

Présentmint y’a des spéciales, jm’en poigne un, j’ai vu çô dans l’circulaire, c’est 20 piaces.

Non! tu m’niaiiiiiises… = Tu te moques/tu déconnes

Quand t’es flo/floune tu fais dans tes babettes et tu fais l’bacon… = quand t’es petit tu fais dans ta culotte et tu fais des crises

Câlice faut passer d’l’aut’ bord zon barré la porte. = bordel, il faut passer de l’autre côté ils ont fermé la pore à clé!

Ch’te mets un courriel pour la fin de semaine. = Je t’envoie un email pour le week end

Faut que je plug çô lô, tu veux tu le faiiiire? = Il faut que je branche ça là, tu veux bien le faire?

Ma job c’est correct. = Mon boulot, c’est pas mal

Tu tires tu des vaches? = tu traies?

Chriss d’ostie, on est au boute. =Bordel on est au bout

Rendu lô, faut faire queqchose… =Arrivé là, il faut réagir

On s’en câlice lô. =On s’en fiche!

Bin lô ch’la cruse pis toute lô et pis son cheum y est arrivé et y m’apunché dans face. Câlice d’ostie d’tabARnaq!!! c’est t’un ostie d’mongol à batterie.

=Je drague et tout et puis son mec est arrivé et il m’a donné un coup dans le visage. Put*** de m** ! C’est un gros conn***

Ca veut tu venir?

C’est crunchy. = ça croustille

C’est plate. = c’est nul

Tigidou right true j’va ché l’dépanneur lô ou bin à l’épicerie… = allez hop hop hop je vais au night shop ou au supermarché

DSC_6570

5 Commentaires

Classé dans Canada, Sherbrooke