Archives de Catégorie: Colombia

Las Lajas, une église à la limite


Las Lajas de face

Sanctuaire de La Lajas, attaché à la montagne

Las Lajas est située dans le village d’Ipiales, à la limite entre la Colombie et l’Equateur. C’est également une église particulière, puisqu’elle se trouve perchée au bord d’un précipice. Nous voici en effet en route pour l’Equateur… Car, même si la Colombie nous a enchantée, il est temps pour nous de continuer notre chemin vers le sud.

Las Lajas profil

Las Lajas au bord du vide

Las Lajas inside

A l’intérieur, décoration montagne dans l’autel

Au détour d’un virage, se dresse la très impressionnante église Las Lajas, au fond d’un canyon. L’église néo-gothique est construite à cheval sur des gorges, à l’endroit même où une petite fille muette avait retrouvé par miracle la parole. Un petit Lourdes du coin, qui est aujourd’hui un des plus grand centre de pèlerinage d’Amérique du sud et d’où les gens repartent avec leur petit bidon d’eau sacrée. Il aura fallu 15 ans pour construire cette église à moitié enterrée et à moitié dans le vide!

Las Lajas allées des miracle

Allée des miracles, plaques de marbre de remerciement

Bref, une dernière merveille Colombienne avant de passer la frontière.

LaLajas paysage

Sur la route de l’Équateur

Ecuador

 

Publicités

1 commentaire

Classé dans Amérique du Sud, Colombia, Equateur

D’une Amérique à une autre – Coup de coeur Colombien


Petit bilan depuis notre départ du Guatemala et notre passage en Amérique du Sud.Carte Amerique Centrale

A- Guatemala City , Guatemala
B- San Salvador, El Salvador
C- La Libertad, El Salvador
D- San Salvador, El Salvador
E- Choluteca, Honduras
F- Lèon, Nicaragua
G- Granada, Nicaragua
H- Isla Ometepe, Nicaragua
I- Monteverde, Costa Rica
J- San Josè, Costa Rica
k- Panama City, Panama
L- Carti, Panama
M- Puerto Obaldia, Panama

Medellin Always Colombia

Carte Colombie

Après notre arrivée sur le sol Colombien à Capurgana.

A- Turbo
B- Cartagena
C- Parque Nacional Tayrona
D- Medellin
E- Manizales
F- Salento
G- Popayan
H- Pasto

Santa Marta sunset

Petit recap de la Colombie, voici ce qui va nous manquer…

  • Des fruits en tout genre… Nous avons découvert beaucoup de fruits que nous ne connaissions pas, surprenant par leur gout, leur aspect et leur nombre!
  • L’eau. En Colombie, l’eau sort de partout, elle sculpte les montagnes et verdit les vallées.
  • De la musique tout le temps partout, des gens qui dansent partout (parfois seulement avec les mains), et tout le temps, à n’importe quelle heure. Il y a tant de type de danse que toute cette ribambelle nous a fait tourner la tête!
  • Les sourires et la sympathie des Colombiens est vraiment surprenante et revivifiante après l’Amérique centrale. Tout y est facile du coup, de parler espagnol, de trouver des infos…
  • Les centres commerciaux dans lesquels il est possible de promener nos vieux sacs tout sale dans un caddie, sans se faire virer! (on essaiera en France pour voir) caddie
  • C’est un pays développé et il est plus facile de prendre le bus. Il n’y a qu’une centrale pour toutes les compagnies et non pas une par compagnie de bus.
  • Pour la sécurité, pas de problème contrairement à ce qu’en dise les médias en France. Il y a quand même des militaires qui surveillent les ponts (parfois au milieu de nulle part). Nous avons également eu une grande surprise en sortant d’un supermarché de voir 2 hommes, armes à la main qui transportaient de l’argent, riant devant notre expression « bouche bée ».
  • Par contre, ce qui est dangereux en Colombie, ce sont les chauffeurs de bus… Autant en Amérique centrale, nous n’avons pas croisé que des as du volant, en Colombie c’est pire que tout ce que l’on a déjà vu… Et çà double dans les virages, une voiture arrive en contre-sens, freinage brusque, ça freine sec, puis ça accélère brutalement, ça klaxonne et ça fait des queues de poissons… Le tout bien sûr sur des routes de montagnes et parfois mouillées. Nous étions très proches  parfois du vomi.
  • Les vendeurs ambulants ne sont pas autorisés à monter dans les bus. Que c’est agréable! Ça évite que toutes les 10 minutes 2 ou 3 viennent nous vendre cacahuètes, fruits, boissons, bonbons, hamburgers, crème glacé, goutte pour les yeux, brosse à dents, élixir de longue vie, vitamines etc. Ces personnes vendent à l’extérieur du bus.VENDEURS DE CHIPS
  • Les magnifiques chivas colorées qui sillonnent les routes…
  • Les récoltes de café sous la pluie…
  • Et les magnifiques paysages en tout genre!
Salento bandera paisa

Bandera paisa

Popayan chiva

une chiva à l’arrêt

Poster un commentaire

Classé dans Amérique Centrale, Amérique du Sud, Colombia, Costa Rica, Guatémala, Honduras, Nicaragua, Panama, Salvador

Popayan, une ville en robe blanche


Popayan parque central

Petite ville coloniale crée en 1537 avec de nombreuses églises et bâtiments aux murs blancs. L’histoire raconte que les murs étaient anciennement recouvert de chaux pour limiter les invasions de moustiques. D’autres racontent que le blanc permettait de repérer plus facilement les noirs et ainsi de les éviter. On préfère la version des moustiques! C’est surtout que après le tremblement de terre de 1983, la ville était de milles couleurs, mais les architectes ont voulu redonner le ton colonial à la ville en imposant la couleur blanche à tous les édifices. Cependant certains qui trouvaient cela un peu arbitraire ont failli à la règle en laissant quelques façades crème ou jaune pâle.

Popayan sous le pont

Popayan fac d'art
La ville, classée au patrimoine de l’Unesco pour sa gastronomie est également réputée pour maintenir ses méthodes traditionnelles de préparation à travers la tradition orale. La ville est la capitale du Cauca entre deux des trois cordillères qui coupe la Colombie dans sa longueur. Elle se situe à plus de 1700 mètres d’altitude dans la vallée de Pubenza qui est plutôt verte et vallonnée. Nous sommes au croisement de différentes zones thermiques : les Andes, le Pacifique et l’Amazone. Le climat est donc le même toute l’année avec 20 degrés de moyenne.

Popayan iglesia

Popayan vendeur de rue

Popayan rue

Popayan vendeur de rue mondial

Non loin de là, se trouve le petit village de Silvia et le mardi c’est jour de fête puisque c’est jour de marché. La population indigène locale, les Guambianos s’y retrouvent et viennent faire leur marché. Nous avons fait le nôtre également!

Popayan - Silvia Guambianos

Popayan - Silvia hauteur sur le marché

Popayan - Silvia vendre du riz

Popayan - Silvia camion

3 Commentaires

Classé dans Amérique du Sud, Colombia

Salento, son café et la paradisiaque vallée de Cocora


Salento pano palms

Nous partons de Manizales avec Marta et après 2h de route et un petit café, nous voici au beau milieu des hautes vallées vertes de Colombie, très appréciées par un grand nombre de cyclistes… Dans la brume, on aperçoit les plantations de café et de bananes. Nous sommes à plus de 1800 mètres d’altitude et s’enfonçant un peu plus dans la vallée de Cocora, ce sont les « Palmas de Cera » arbre national qui se dressent fièrement, bien hauts et droits au milieu des prairies!Salento  palmiers

Salento palmier vache

Avant de se balader au milieu des vaches, pins et palmiers de cera nous allons déguster une truite « a la plancha » sur les bons conseils de Marta et Felipe nos couchsurfeurs. La météo étant incertaine nous ne tenterons pas les quelques jours de randonnée qui mènent au parc national Los Nevados et ses sommets enneigés de plus de 5000 mètres.

Salento trucha

Salento riviere avec Marta

Salento river

Nous sommes au milieu de la Zona Cafetera, une bonne occasion pour aller découvrir les secrets du café colombien. La Colombie est le deuxième producteur de café au monde mais exporte le meilleur.

Le lendemain, après une bonne heure de randonnée, nous parvenons à l’entrée d’une petite ferme biologique qui compte environ 900 000 arbres (ils ne savaient pas combien d’hectares!) plantés bien serrés sur les pentes abruptes de la vallée. Les caféiculteurs nous expliquent que les graines de café ont besoin de 1 mois pour germer, puis de 2 mois supplémentaire pour que la pousse ait une taille suffisante pour être replantée. Après cela, il faudra attendre 3 ans avant que le plant donne une récolte satisfaisante. Pour eux la récolte tourne dans les 1000 kg de café par an. Elle se déroule de mai à octobre et sur un même plant on peut trouver des fleurs (pour la saison suivante), des graines vertes et des graines rouges et donc mûres.

Salento cafe fruit-fleur

Salento cueilleur traditionnel

Nous sommes donc parties sous la pluie à zigzager au milieu des plants avec nos petits paniers pour cueillir les précieuses petites graines rouge. Le panier était petit mais long à remplir! Après l’étape cueillette, on « épluche » les graines avec une machine pour séparer enveloppe rouge des deux grains de café qu’elle contient. Après cela, on lave à l’eau les grains avant de les étaler sur le toit pour la partie séchage.  Cela peut prendre beaucoup de temps surtout en période de pluie… Quand les grains sont bien secs, il faut les trier pour sélectionner les plus gros et les plus beaux pour l’exportation et le reste est destiné au marché local. La torréfaction est généralement faite par de plus grandes industries. Enfin, il ne reste plus qu’à le moudre avant de déguster quelques gorgées, bien méritées. Au grand désespoir de Mylène : à aucun moment le café sent le café ! il faut attendre la torréfaction pour que son odeur se développe!

Salento cueillette

Salento cueillette Myl

Salento café

Salento café panier

Salento cueillette sous la pluie

Salento alice presse

Salento rince graines

Salento café séchage

Salento tasse

Pour rentrer au camping, c’était encore une fois une grande aventure… Entre le mini sentier plein de boue, la pluie battante, et le pont suspendu tout troué!

Salento sentier boue

Salento pont suspendu troué

1 commentaire

Classé dans Amérique du Sud, Colombia

Manizales, ses orchidées et ses sources


Manizales après la pluiejpgIl n’y a pas longtemps, après un glissement de terrain, la ville de Manizales a été privée d’eau courante. Mais, il a tellement de sources partout, que les habitants allaient remplir leurs récipients ici ou là dans la montagne, car l’eau git de partout. Voilè ce que nous raconte nos hôtes, Marta et Felipe. Encore une fois nous sommes en Couchsurfing, chez un couple cinquantenaire. Ils sont supers! Le premier jour, ils nous emmènent faire un tour de la ville en voiture pour ne pas que l’on se perde le lendemain lors de nos pérégrinations piétonnes… Nous partageons ensemble de nombreux repas de cuisine française et colombienne. Ils nous conseillent également d’aller à la Revserva Rio Blanco et au Reciento de Pensiamento et d’aller aux thermes. Ce que l’on fait…

Manizales en ville

Manizales Marta y Felipe

Rio Blanco, est une réserve naturelle et nous n’avons pas le choix pour y rentrer il faut suivre un guide. C’est une rivière qui approvisionne la moitié des besoins en eaux de la ville. Donc, pour préserver sa pureté il est nécessaire de surveiller les touristes. C’est également un endroit où de nombreux oiseaux y trouvent refuge, dont des colibris. Il y a même un ours un des derniers de cette règion.

Manizales forêt humide

Manizales nounours en cagejpg

Manizales Colibris glouglou

Manizales Colibris 1

Le jardin Reciento de Pensiamento, est un jardin privé et encore une fois, pas le choix nous dev0ns suivre le guide. Mais cette fois, il est vraiment intéressant et passionnant. Sans lui nous n’aurions pas vu toutes les orchidées. Il nous parle des caractéristiques des colibris, dont de nombreuses espèces sont présentes sur le site, car ces oiseaux recherchent des fleurs à nectar très riches. Les gardiens du site leur mette aussi de l’eau sucrée à disposition pour les nourrir. Ces petits oiseaux légers et très rapides peuvent voler de 43 à 100 km/h! Si c’est pas incroyable pour des petites bêtes de quelques grammes! Et leurs battements d’ailes sont d’environ 55 par seconde. Leur rythme cardiaque est bien évidemment très élevé, il peut montè jusqu’à 1200 pulsations par minute. Par contre la nuit, il s’accroche avec leurs griffes et dorment très profondément, proche de la léthargie, et leur rythme cardiaque passe environ à 50 pulsations par minute! Nous avons également contemplés de nombreux bonzaï, des papillons et des orchidées en tout genre!

Manizales paysage jardin japonais

Manizales Orchidea2

Manizales Orchidea4

Manizales Mariposa 1

Manizales Orchidea6

Manizales Orchidea5

Manizales arbres avec lianes cheveux

Manizales Orchidea3

Manizales Mariposa 2

Manizales orchidea1

2 Commentaires

Classé dans Amérique du Sud, Colombia

Medellin, une ville orange endiablée


Medellin la ville orange

Départ de Santa-Marta vers 17h dans un bus de nuit. Lors des premières heures tout va bien, on a un peu froid mais rien de trop grave. On longe la côte caribéenne et on admire les étendues de déchets… On constate que certaines habitations sont au milieu de décharges naturelles, la mer a repoussé, rejeté les déchets sur ces espaces… Devant l’abondance de ceux-ci les locaux n’ont pas l’air de savoir quoi faire! Puis, nous arrivons à Carthagène et le bus presque vide se remplit. Il est 21h et le système de climatisation devient très fort. Ce dernier n’est apparemment pas réglable… Autant dire que la nuit dans le bus nous est plutôt apparue comme une nuit dans un réfrigérateur, obligée de mettre mes mollets dans un sac poubelle (propre) pour me protéger du froid (j’étais en short).

Après cette nuit intense de 18h, nous voici arrivées à la gare de bus nord de Medellin. Là, l’équipe nationale de football nous attend! Ils sont sur le départ pour le Brésil! Enfin, nous rencontrons le légendaire Falcao…

IMG_6203

L’équpe nationale de Colombie

Puis, nous partons chez notre couchsurfeuse. Pour cela il nous faut prendre le métro! c’est génial le métro, il est super large et pratique et puis ce n’est pas l’heure de pointe! On avait oublié comment c’était! En route, les gens nous aident et nous renseignent avec des grands sourire, ils nous posent plein de questions etc. Bref, on pratique notre espagnol et on rencontre plein de personnes! On est très contentes et en plus, on arrive à bon port! On prend une douche et on fait une sieste! Le soir, nous partons avec Elisa, notre hôte à son cours de danse, le porro. On découvre qu’il y a énormément de styles de danses différents en Colombie! On dirait un peu du rock mais en beaucoup plus lent…

Medellin se lève la ville orange

Medellin se lève la ville orange, vue de chez Elisa

Medellin se couche

Medellin Botero1

Medellin Botero2

Le lendemain, nous partons pour le centre-ville et nous visitons le musée d’Antioquia où sont exposées les oeuvres de Fernando Botero, artiste de Medellin, réputé pour ses personnages aux formes rondes, pour ne pas dire gros ou bien dodu! Ce serait sa manière d’exprimer la sensualité et le volume, il ne voit pas ses sujets gros mais volumineux. On joue sur les mots! Il représente aussi Pablo Escobar, célèbre patron du cartel de la drogue de Medellin dans les années 1980. Un homme qui mérite qu’on vous raconte son histoire.

Pable Escobar était considéré comme un dieu en Colombie, 7ème homme le plus riche de la planète à l’époque et plus gros trafiquant de cocaine au monde. Pour lui, le business était très simple : « Tu soudoies quelqu’un par ici, tu soudoies quelqu’un par là et tu payes un banquier amical pour t’aider à blanchir l’argent. » À certaines périodes le cartel de Medellín passait en contrebande plus de 15 tonnes de cocaïne par jour, avec une valeur à la revente de plus d’un demi-milliard de dollars, aux États-Unis. Selon un de ses comptables, il dépensait 2500 $ par mois juste pour acheter les bouts de caoutchouc pour entourer les billets! Il apparaît un peu comme un Robin des bois, car essaie d’investir pour retaper les taudis des populations pauvres à Medellin. Population qui le cachait et le protégeait de la police. En 1990, après un sommet anti-drogue, l’armée localise son siège. Il y aura plus de 500 morts mais il réussit à s’enfuir. Il avait créé une véritable armée avec 3000 tueurs, et toute sa famille y était impliquée. Pour le faire tomber, il fallait détruire tous les étages de la pyramide afin qu’il perde tout soutien logistique et financier. Un peu plus tard, près de 8900 personnes sont tuées lors d’une véritable chasse à l’homme. Le gouvernement doit finalement négocier pour qu’il se rende et cesse ses activités. Il est emprisonné ensuite dans un prison qu’il fait lui même aménager selon ses désirs. Malgré son enfermement, ses activités continuaient et sa prison devient son nouveau QG. Soupçonnant de s’être fait voler le cartel par les frères Galeano, il les fait même venir et les fait assassiner. Les autorités se rendent compte qu’il continue ses activités, et souhaite alors le transférer. Mais il réussit à s’échapper. Sa tête fût alors mise à prix pour 6 millions de dollars!!! Il avait alors beaucoup d’ennemis, les Etats-Unis déployèrent toutes leurs forces (FBI, CIA, DEA, NSA), les tueurs à gage du cartel de Cali, et tous les mercenaires alléchés par la récompense! Réfugié dans une maison avec son bras droit, ils sont alors encerclés par les policiers… Il n’a pas d’autre choix que de sortir sur le toit et essaie de sauter de toit en toit mais son corps est alors criblé de balles. Une autopsie révèle qu’il s’est lui même tirer une balle dans la tête!

Medellin Pablo Escobar au Musee Botero

Représentation de la mort d’Escobar, patron de la drogue à Medellin par Botero

Medellin favelas sous le teleferico

quartier Santo Domingo

On va fêter ça maintenant, nous partons pour Poblado, le quartier de la fête! Après une bière locale à la tireuse, nous retrouvons Elisa et ses collègues. Nous allons manger des empanadas  poulet-légumes et bonbons de pollo et nous allons ensuite dans un bar à cocktails pour commencer la soirée! On est un peu déçues car on avait plutôt envie de boire des bières en pression. On boit quand même des bières mais en bouteille d’une brasserie locale, un peu amères… Les collègues d’Elisa sont super sympas, nous avons des conversations assez poussées et intéressantes. Comme par exemple, les conditions de travail en France, on leur explique qu’en France c’est en général 35h de travail et 5 semaines de vacances! Ils sont très surpris et un peu jaloux car pour eux, c’est plutôt 48h et à peine 15 jours de vacances… On leur explique le principe de la grève et la revendications des droits du travail! ça les fait beaucoup rire! Ensuite il nous explique un peu la Colombie, la sécurité, comment les gens font la fête etc. Pour ce dernier point, le mieux c’est quand même de le vivre. Nous allons donc dans un autre bar avec une piste de danse. Nous allons au carré VIP. C’est un bar cross-over c’est-à-dire que le genre musical change d’une chanson à l’autre. Bien que nous pensions que ça allait changer entre rock, salsa, porro, électro, variété… Nous avons plutôt eu des changements surprenants : cumbia, merengue, salsa cubenne, porro, salsa de chokè, bachata, reggaeton, vaillenato, guaska… Le tout accompagné d‘aguardiente (alcool local, rhum au goût anis, beurk). Autant dire que pour nous c’était un seul et même changement musical pour toute la soirée!! Le groupe de jeunes à côté de nous n’avait pas non plus l’air de voir les changements, car ils dansaient collés collés à moitié habillés sur toutes les chansons! Un truc génial aussi en Colombie, l’assurance pour la voiture propose un service très intéressant. Elisa avait prévu de boire et a donc appelé sa compagnie d’assurance pour demander un chauffeur pour 1h du matin. Donc à 1h, nous partons sur le parking où sa voiture est stationnée, et effectivement un chauffeur et un motard nous attendent. Nous montons en voiture et traversons la ville jusqu’à son appartement, le motard suivant derrière. Et ce service n’engage aucun frais supplémentaire, c’est gratuit! Il nous raconte que parfois les personnes sont tellement saoules qu’il doit les aider à arriver jusqu’à leur porte et mettre la clé dans la serrure pour eux… 🙂

Medellin Anniv Mylène

Carré VIP

Le lendemain, pour passer la tête de bois, nous partons prendre de la hauteur pour avoir une belle vue de l’ancien fief d’Escobar et de toute la ville. On passe au-dessus des quartiers moins favorisés mais les plus animés de la ville. Nous redescendons ensuite dans le centre-ville, très chaotique! Pas de trottoirs mais des vendeurs de rues dans tous les sens, et c’est samedi donc les badauds sont assez nombreux! Le lendemain, nous partons rencontrer Eliana, la fille de Benoît et Anamaria, nos amis de British Colombia (Canada) et son copain dans petit marché local très sympa où nous goutons les meilleures glaces de la ville!

Medellin Marchè fermier France Colombie Quebec

Medellin Teleferico

Medelllin vue du téléphérique

En résumé, Medellin est un ville très animée, située dans une petite vallée et sur les montagnes environnantes. Nous avons découvert l’histoire mais surtout la musique et la danse colombienne et aussi gouté l’alcool local, du jus de canne à sucre, la bandera paisa, de la glace, le lulo, les gallettes d’arepa… Hum. Et surtout, on a découvert à quel point les Colombiens sont sympas et accueillants!

Medellin Repas colombien avec elisa et Sofia

Medellin Arepa made in Elisa

Poster un commentaire

Classé dans Amérique du Sud, Colombia

Tayrona, un paradis qui se mérite


Tayrona vue sur la plage A quelques heures de bus de Cartagena, tout le monde nous conseille d’aller au Parc National Tayrona, le long de la côte. On prend donc la route direction ouest. A l’entrée du parc, on nous propose une navette pour nous rapprocher des plages et des campings. Etant donné, que nous avons nos gros sacs à dos de 20 Kg, nous acceptons!5minutes plus trad seulement, fin de la route! On nous indique alors le chemin pour rejoindre la plage et les camping à seulement « une petite heure de marche ». Un peu étonnées, énervées (d’être avec nos gros sacs au milieu de la nature et de ne pas avoir eu les informations comme quoi il y a une heure de marche !)  on démarre toujours dans une chaleur étouffante espérant rejoindre rapidement la plage pour profiter de l’air marin.  Tant bien que mal, après plusieurs montées et descentes, nous voilà sur cette plage sauvage aux vagues violentes dont sa magestuosité nous avait été vantée. Au moins pour ça, on nous avait tout dit! Bref, on a galéré mais comme d’habitude ça valait le coup! 🙂

 Tayrona Alice la mule

Tayrona.La longue route a la plage

Nous trouvons où poser notre tente et nous allons explorer ce petit bout de nature qui a échappé à la course au pétrole. Ce sera aprés-midi escalade de rochers, baignade et sieste sur la plage…

Tayrona Escalade de rocher Mylène

Tayrona balade sur la plage

Tayrona Petit singe

Le lendemain matin, nous partons en forêt pour observer les petits singes blancs et rencontrer un garde du parc, chargé de surveiller la plage aux tortues. Il s’agit d’une plage interdite au public car de nombreuses tortues viennent y pondre leurs oeufs la nuit. Seulement un petit pourcentage va survivre. Leur mission est aussi de protéger ces oeufs, des oiseaux en les recouvrant de sable.

Tayrona Plage et grosses vagues

Tayrona enfin la plage

Pour repartir, nous optons pour le portage de nos sacs par des chevaux et nous les suivons au petit trot et en moins de 20 minutes nous sommes au point de départ du sentier! Pour info, ceux qui souhaitent y aller, le chemin « pour les chevaux » est beaucoup plus rapide et plus court.

 Tayrona retour avec chevaux

1 commentaire

Classé dans Amérique du Sud, Colombia