À l’assaut du Tajumulco


Tajumulco toujours loin

Tajumulco fond et Alice

Tajumulco Mylene

Après une petite nuit, toute petite (le revers du couchsurfing), départ à 6h30. Prendre le bus à cette heure en même temps que tous les jeunes qui vont à l’école, et les adultes qui vont au travail… Ça c’est une super idée! Alice reste devant car elle ne peut pas s’immiscer avec le gros sac et moi, je parviens à trouver un espace tout au fond. Le bus nous dépose plus loin que prévu, mais bon on commence la randonnée après une extirpation du chicken bus de ville. On arrive au rond-point d’où part le chicken bus, un est prêt à partir, 2 on monte dedans. Il est 7h15, ce trajet promet beaucoup de sport… Il n’y a plus de places assises selon notre logique, mais selon la logique guatémaltèque il reste encore 40… Ce sont des anciens bus d’école des US ou du Canada, les bus jaunes. Donc les sièges pour 2 enfants deviennent 3 adultes Guatémaltèques (ils sont plutôt de petite taille). Techniquement : la 3ème personne n’a réellement qu’une fesse sur la banquette et tient grâce à l’épaule du 3éme d’en face, bref ça s’emboite parfaitement! « Autant dire que pour mes guibolles c’est mission impossible, je ne passe qu’en diagonale! » (Mylène) Ah oui et bien sûr entre les deux 3èmes on peut mettre une à deux personne debout. Le tout s’accompagne d’un pilote de formule 1 de montagne raté, qui double les camions juste avant les virages avec un coup de klaxon, à chaque dos d’âne on ravale notre petit dèj’ et on se tasse deux vertèbres…

Chicken bus to Tajumulco

Chicken bus to Tajumulco 2

Dans le chicken bus il y a aussi le « singe ». Son rôle et de rabattre les clients, de charger les colis en tout genre sur le toit du bus, de réparer le bus quand un morceau se décolle, ou resserrer des boulons, récupérer l’argent de tout le monde en s’accrochant aux barres du plafond lorsque le bus est bondé… Donc on charge et on décharge continuellement des gens et leurs colis empactés dans des filets que le « singe »  monte et descend agilement et sans grimace. À chaque arrêt on jette des coups d’œil de tous les côtés pour vérifier si notre sac ne descend pas. Nous passons le village de Palestine, où la majorité des voyageurs descendent ainsi que oranges, citrons, melon, papayes, légumes en tout genre… Bref on ravitaille le marché! Le village d’après, l’opération se répète, juste devant le marché aux bestiaux. Cette fois, c’est un défilé de cochons, vaches, taureaux, chevaux, moutons… tout tenus en laisse, cherchant preneur. 8h45 on sort du bus… Et on monte dans un autre pour aller à l’entrée du chemin qui mène au Tajumulco. Peu de temps après, un homme se met à parler… enfin à hurler dans le bus… On pensait qu’il vendait quelque chose, comme c’est souvent le cas! Mais non! Il sort sa bible. Et fait trembler les carreaux, déjà bien amochés « La Bibllle diceeee…. » Bref. Un moment on se demandait si tout le monde dormait ou s’ils priaient tous les yeux fermés. Deuxième solution! Bien sûr on n’a pas tout compris, ce n’est pas faute d’avoir entendu… Puis, un village entier monte dans notre bus, dont une femme assez âgée qui mange une mangue. Elle a une technique tout à fait ingénieuse. Elle a fait un petit trou, puis malaxe le fruit avec ses doigts travailleurs et aspire avec des petits bruits écœurants. Enfin on arrive à Tajumulco, encore une fois on s’extirpe du véhicule.

To tajunulco marché aux bestiaux

On débarque et  nous voici devant le panneau « Tajumulco, 4220m ». Il est 10h, on est à 3000m.

Tajumulco panneau

Première étape un chemin pavé. Au bout de 100m, je m’arrête, essoufflée. Puis, le chemin devient un chemin de piste, tout poussiéreux et blanc. Il y a encore quelques maisons, avec des éviers à 3 bacs à l’extérieur. Tajumulco évier

Il y a aussi des toilettes à l’extérieur. Mais il n’y a pas d’électricité. Le chemin blanc se transforme en poussière noire, avec des roches de diverses couleurs. Environ 2-3km plus loin, nous arrivons enfin sur le sentier. Nous croisons un couple avec un guide qui ont campé à 4000m. Ils insistent bien sur le fait qu’il fait froid, très froid. Ça grimpe bien, au milieu des pins. L’altitude et la montée sont assez difficiles à gérer… Ça fait bien mal au crâne!! Parfois j’ai besoin de m’arrêter tous les 4m… Au bout de 45min on fait une pause pour boire beaucoup d’eau, c’est mieux pour faire passer les maux de tête…. Puis, on continue. Vers 12h, on arrive dans des grandes plaines d’herbes rases où on fait une pause pic-nique. On repart petit à petit, avec de nombreuses pauses pour boire et s’acclimater à l’altitude. Qu’est-ce que ça fait boire l’altitude! Pffffou je n’en vois pas le bout… Le camping n’arrive toujours pas! On croise des locaux : 3 femmes et un homme. Ils nous disent, encore 1h30 jusque au sommet. Il est 15h. Ça rebooste un peu, même si l’homme nous demande si on a un pistolet pour camper seules là-haut… Euh !?

Tajumulco landscape

Tajumulco landscape 2      Tajumulco Myl
Un peu plus loin, on arrive au camping, ou plutôt dans la décharge! C’est dégueulasse tout le long du sentier, mais là c’est le pompon!! Les gens sont irrespectueux, emballages en tout genre, bouteilles de coca, paquets de chips, boîtes de conserves et même bouteilles en verre! Je ne comprends pas pourquoi les gens s’embêtent à porter tout ça, et encore moins pourquoi ils laissent ça sur place? Des roches sont assemblées en murets afin de placer les tentes, ainsi protégées contre le vent. Mais bon, ça ne nous donne pas envie du tout. Ensuite, on commence la partie la plus abrupte de la rando’, proche de l’escalade. Le paysage est magnifique. On traverse différentes couches de nuages, ou ce sont eux qui nous traversent… On ne sait plus bien. On monte poco a poco. Je suis épuisée. Il y a du vent. On remet une couche, bonnets et gants. On voit le bout mais moins bien le chemin. Alice part en avant. Elle a beaucoup moins de mal avec l’altitude. Les maux de tête sont de pires en pires. Yahaaa le sommet. On dirait un lieu de culte. Les gens sont venus y déposer des fleurs, des bougies et faire des feux. Il y a un brouillard épais. Il est 17h, je m’assieds et ne peux plus bouger. Seulement pour avancer de quelques pas pour apercevoir le fond du cratère. Des lettres et des mots sont écrits avec des roches. Alice trouve un papier sur lequel est inscrit « Oracion pour les travailleurs aux Etats-Unis… » puis des prières pour différentes personnes et 50Q de brûlés. On nettoie l’emplacement et on rafistole un muret, qui pour nous protéger du mauvais temps. Tous nos mouvements sont au ralenti. Mais on monte la tente vite vite, car on entend l’orage. Je suis gelée et le mal de tête est insupportable. J’essaie de me poser mais je prends quand même un cachet et me met dans le sac de couchage. Ensuite, il pleut et on mange les pâtes les plus dégueu’ du monde, je ne sais pas si c’est l’altitude… Puis, il grêle. Il est 19h, on se couche. On dort plus ou moins car le vent ou le silence de la nuit est inquiétant.

Tajumulco tente

Tajumulco Myl au loin

5h30. Le soleil perce, juste pour nous. On est seule au monde. On est au dessus des nuages, sur le toît de l’Amérique Centrale C’est canon. Le lever de soleil est magnifique! Il y a du gel sur la tente, mais nous n’avons
pas eu froid. La vue ne se dégage malheureusement pas. Mais nous apercevons quelques montagnes et volcans au loin. 9h, on commence la descente. Le sol est glissant, ce qui nous permet de nous essayer dans les chutes fessiales. En route, nous croisons une cinquantaine de personnes indigènes qui montent, en habits traditionnels et en sandales en plastique pour les femmes, certainement pour une cérémonie. La descente est longue et brumeuse. 13h nous voici au bord de la route à attendre le chicken bus! Après 15 minutes d’attente, nous voici dedans, et assises! À San Marco, nous prenons à manger le plat traditionnel du pays : Pollo, arroz, frijoles. Et nous attrapons le dernier chicken bus pour Xela, équipé d’un écran plat, dans lequel nous mangeons notre poulet! hahaha

Tajumulco Alice sort de la tente

Tajumulco Alice de loin

 

Tajumulco me

Tajumulco volcan voisin

Tajumulco cratère

Tajumulco descente en poussiere

After a short night, very short (backside of Couchsurfing), departure 6h30. Take the bus at this time is close to crazyness because of all the children going to school and the adults going to work. Alice stay in the front with the big backpack, she can’t go through the crowd. The bus drop us a bit further than we thought. Good way to start hikking. We arrive at the round about where the chicken bus is ready to go. We jump in. It’s 7h15 am. This ride is going to be sporty and tough. No more free sits according to us, but for Guatemaltecos there are many seats free. It’s old school bus from US or Canada so the seats for 2 kids become for 3 adults in Guatemala (there are really small). The third personn only sit half of his bottom on the seat and doesn’t fell because the other personn in the other side do the same. For me it’s a bit hard with my long legs, i only fit in diagonal. All of this with a pilote of formul 1 missed who pass the trucks just before the curves. In the chicken Bus there is also the « monkey », who screams to attract customers, he charges and discharges from the roof all the luggages, he fixes the bus if needed and get the money inside the bus. People get on and off the bus all the time. Evrey time the bus stop, we check in a back to see if our back doesn’t go down with all the other lugguage.We pass the village of Palestine, where most of the people got off with all the oranges, lemon, vegetables….well it’s market day here! And the next village same thing just in a front of the market of animals where everybody come with his cow, shepp, pig on leash!!  8.45 am we got of the bus at San Marco to get on an other one who will get us to the start of the trek. A little later a guy start to speak very loudly, at first we thought he was going to sell something, but we realise he was a pastor. And everyboy start to pray with him. Then we manage to get off the bus.

Tajumulco to go

We arrive and here we are standing in front of the Tajumulco sign « Tajumulco 4220m ». It’s 10 am, we are at 3000m high. Step 1, paved road. 100 m later, i stoped short of breath. Then the path become dirt road, with white dust. There are still few houses with toilet and sink outside, but probably no electricity. The white path become dark with rocks of several colors. About 2 or 3 km later we arrive on the hiking trail. We meet a couple with a guide, they tell us they slept at 4000m and it’s really cold up there. The trail is steep between pines. The highs and the climb are a bit hard for my head. We drink a lot of water, it helps a lot with the altitude.

tajumulco view

Tajumulco toujours plus haut

Tajumulco toujours loin, le midi

I have altitude sickness with strong headache. After 45 minutes we make a break to drink and drink. Around 12h we stop in a big grassy area and we have lunch here. We are back on the trail,little by little with always many breaks to drink and get use to the altitude. We meet 3 womens with a man, going down. They say to us it’s 1h3o to the summit. And the man ask if we have a gun to camp there… Oups no! A bit further, we arrive to the camping, well the dump. It’s disgusting around all the track but it’s the summum. People are irrespectfull, they just through the rubbish everywhere. We don’t feel confortable to camp there so we keep going. Then it’s the steepest part of the trek in a front of us, sometime close to climbing. The are going through cloud or the cloud goes through us, little by little we are getting there. It’s windy so we put one more layer on. Alice go ahead, to have a look, she has less trouble with the altitude. The headache are really bad but here we are on the summit! It lokks like a culte place where people burn candle and make prayer. We clean up a place and rebuilt a little wall of rock and pitch the tent just on time before a few drop af rain. We hate the most untasty food on the planet and felt in sleep, more or less because the wind or the depp silence are sometine abit scary!

Tajumulco lever 2

Tajumulco tienda

5.30 am. The sun arrive slowly, just for us. We are on the top of the cloud and on the top of Central America. It’s awesome. We have some ice on the tent but we didn’t get cold at night. Unfortunatly after waiting a couple of hour, the sky doesn’t clear, so we decide to go down. The way back is long and foggy and it’s 1 pm when we reach the road to start our journey of chicken bus back to Xela….

Tajumulco lever

Tajumulco rose

Tqju,ulco teq,

Tajumulco volcan voisin large

Tajumulco Lever de soleil

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Amérique Centrale, Guatémala

5 réponses à “À l’assaut du Tajumulco

  1. Cha

    Bravo les filles !!! quel courage Mylène, ca me rappel une descente de montagne à Brassov, en Roumanie… hihi …
    Gros bisoussss

  2. GRELOT

    Je me permets de reprendre l’expression de « Cha »: bravo les filles.
    Bravo pour l’ascension du Tajumulco, bravo pour l’article qui parle de cette ascension et pour les photos qui l’accompagnent.
    Nous avons bien aimé les détails de votre récit, cela n’a pas été facile pour Mylène, c’était vraiment un beau challenge. Alice, elle, avait certainement un peu plus l’habitude de l’altitude, vu qu’elle a déjà pas mal bourlingué du côté du Népal et de l’Anapurna. Mais cela date un peu.
    En tous cas, c’est avec plaisir que nous lu et relu cet article.
    Merci de nous faire partager ces aventures.
    Bisous
    Mum

  3. Céline

    Mylène, t’avais mis tes docs?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s